Etudiant tué à l’Ugb: OUSMANE SONKO, indigné, dénonce une « violence d’État »

Les étudiants Fallou Sène et un autre sont tombés sous la répression des forces de l’ordre à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Les échauffourées qui ont commencé depuis ce mardi matin dans la vielle ville font état de deux morts confirmées par des sources hospitalière. Une situation qui a fait sortir le leader de Pastef Les Patriotes de son silence pour condamner ce qu’il qualifie de « violence d’Etat ». Ousmane Sonko a réagi sur son compte Facebook visité par Senego.

« En 1983, J’ai étudié dans un abri provisoire en crintin, à Ziguinchor. En 2018, 36 ans après, il y’a encore plus de 6000 abris provisoires au Sénégal.

En 1997, étudiant en année de licence à l’université Gaston Berger de Saint Louis, j’ai assisté à une confrontation entre étudiants réclamant entre autres le paiement de leurs bourses, et gendarmes; il y eut des blessés graves dont deux furent évacués en France.

En 2018, les mêmes causes produisent, entre les mêmes acteurs et sur le même cadre, des effets plus dramatiques: mort d’un jeune à la fleur de l’âge et espoir d’une famille et d’une nation.

On ne gouverne pas un pays dans la démagogie, la roublardise, l’erreur sur les priorités et la violence d’État.
Dans le concert des nations, tout pays qui n’avance pas recule.

Paix à l’âme de Fallou Sène et nos condoléances attristées et sincères à sa famille éplorée« , a posté l’ancien Inspecteur des Impôts et Domaines.
Couly CASSE
AVOCAT IMMIGRATION / CABINET THERESA NAPOLITANO / NEW YORK