Cheikh Yérim Seck reprécise ses propos: « J’ai préconisé qu’on fasse la guerre pour éradiquer la rébellion… »

Dans la grande édition de 12 h sur la Rfm, Cheikh Yérim Seck reprécise sa pensée suite à ses propos qui ont suscité de nombreuses polémiques.

« La position que j’ai défendue n’est pas une position nouvelle. Dans le livre, « Ces goulots qui étranglent le Sénégal », il y a un chapitre qui s’appelle « la gangrène de la Casamance » où j’ai clairement proposé une solution militaire pour éradiquer la rébellion, parce que d’après ce qui s’est passé en Angola, au Liberia et en Sierra Léone, j’ai la conviction que la rébellion ne disparaît que lorsque qu’elle est éradiquée », explique-t-il.

Poursuivant, il précise: « Seulement, il y a eu un certain nombre d’amalgames dans certaines réponses qui indiquent que j’ai préconisé qu’on aille tuer des civils en Casamance. C’est du n’importe quoi. Pour moi la guerre, c’est le respect du droit de la guerre. Autrement dit, on ne tue pas des innocents ni de civils. J’ai préconisé qu’on fasse la guerre contre les combattants, les bandes armées qui écument les forêts de la Casamance qui tuent, qui pillent qui font n’importe quoi… »
Aida KANE