GOUVERNEMENT: nomination continue de Ministres sans portefeuille

Après la formation du nouveau Gouvernement fort de 35 Ministres et de 4 Ministres-Délégués, les nominations de Ministres d’Etat continuent. Ainsi, Eva Mary Colle Seck, Marième Badiane, Mahmoud Saleh et Cheikh Kanté vont aussi siéger en Conseil des Ministres, rejoignant en cela d’autres Ministres d’Etat sans portefeuille comme Amath Dansokho.

Ces personnalités qui siègent en Conseil des Ministres ne sont pas les seuls Ministres dépourvus de Cabinets. Les Ministres-Conseillers sont aussi légion au Sénégal.

De nombreuses personnalités portent ce titre prestigieux, somme toute. Il arrive parfois que certaines démissionnent à la faveur d’un malentendu avec le Chef de l’Etat. Mais la plupart reste pour bénéficier de privilèges que confère un statut acquis souvent du fait de la proximité avec le grand Manitou.

Aujourd’hui, les nominations continuent. Sans fin. C’est à croire que le Président Sall se sent obligé. C’est le dépotoir de Ministres déchus ou de compagnons dont on ne sait trop quoi faire et qui, politiquement, mériteraient d’être casés.

Après en effet l’Assemblée, le Hcct, le Gouvernement et les grognes subséquentes, le pouvoir discrétionnaire que confère la Constitution au Président sans limite objective, l’oblige presque à nommer. C’est à croire qu’il ne peut faire autrement, tellement certains de ses proches, eu égard aux motivations profondes qui poussent beaucoup à investir le champ politique, ne peuvent ne pas être récompensés.

La preuve, cela n’a pas calmé les esprits. Les protestations de déçus et de leurs proches vont bon train. Ces genres de réactions ont connu, avec la réaction de Marie Thérèse Faye, un autre regain. C’est la première fois que je vois quelqu’un démissionner d’un poste de Directeur parce que pensant qu’il devait être Ministre, obligatoirement. A moins qu’une promesse ferme ne lui ai été faite au préalable, cette situation nous semble insolite à plus d’un titre.

L’argent du contribuable

Toutefois, il y a une dimension qu’aussi bien le Président de la République que ses affidés semblent oublier, c’est qu’il s’agit, ici, de l’argent du contribuable.

Le bon sens veut que l’on nous dise à quoi servent tous ces Ministres dont la plupart ne savent pas ce qu’ils doivent faire le lendemain.

Nous ne le répéterons jamais assez : On ne peut nommer à des postes importants, fragmenter à loisir des Ministères uniquement dans le souci de caser du personnel politique.

C’est malheureusement une façon d’encourager la grogne de fainéants habitués à vivre sous tutelle. Ceux qui sont payés à se tourner les puces devraient d’ailleurs démissionner.

Ces Conseillers qui ne donnent aucun conseil nous intriguent. Ceux qui viennent en Conseil de Ministres sans attaché-case ne se sentent pas valorisés.

Il faut une éthique républicaine qui veut que ceux qui bénéficient de l’argent du contribuable dans ce contexte d’endettement chronique, doivent le mériter. Or, c’est rarement le cas.

L’Etat est ainsi obligé d’entretenir des sortes de courtisans ou de troubadours comme à l’époque des rois. Et ils ne sont pas seulement Ministres. Ils sont aussi Ambassadeurs Itinérants, Chargés de Missions ou autres. On a même vu un poste de d’Envoyée Spéciale. C’est dire que l’on aura tout vu.

Comme quoi le Gouvernement, le Cabinet présidentiel et les autres corps constitués de l’Etat sont des gouffres budgétivores qui entretiennent une nouvelle forme de noblesse qui vit au dépens du Prince parce que revendiquant un statut de bourgeois.

C’est pourquoi tous ceux qui sont défénestrés râlent parce que se considérant ramenés à l’état de prolétaire parmi les damnés. Et personne ne veut recommencer à pendre les « Ndiaga-Ndiaye », « Tatas » et autres formes de transport en commun intenables.

Malheureusement, pour entretenir toute cette armada, il faudra s’endetter et courber l’échine face à des puissances étrangères qui donnent leurs sous et dictent leurs lois.

Ce que nous voulons dire par là, c’est qu’un Etat, c’est comme une maison. Le Chef de famille ne peut pas vivre au-dessus de ses moyens tout simplement parce qu’il désire entretenir une race de pique-assiettes. Si nous continuons à vivre au-dessus de nos moyens avec des machines étatiques aussi lourdes et difficile à entretenir, on n’atteindra jamais l’émergence.

Assane Samb/Rewmi quotidien
TELEVISION: MY AFRICAN PACK