INCENDIE aux Parcelles Assainies : Le prisonnier Ousseynou Diaz a enterré ses 5 filles.

Prévu hier, l’enterrement des cinq enfants victimes de l’incendie à l’Unité 17 des Parcelles Assainies, a eu lieu ce samedi au cimetière musulman de Yoff. C’était en présence de leur père, Ousseynou Diaz, extrait de sa cellule pour la circonstance.

Morts dans un incendie très violent qui serait parti d’une bougie qu’aurait allumé leur oncle maternel, cinq bouts de bois de Dieu ont été mis sous terre ce samedi 13 mai au cimetière musulman de Yoff. Ce, après la levée du corps qui a eu lieu à l’hôpital Aristide Le Dantec.

Acheminés vers les coups de 12 heures au cimetière Bakhiya, les cinq corps enveloppés chacun dans un linceul ont eu droit à une prière mortuaire dirigée par l’Imam de l’Unité 17. Portées ensuite par des membres de la famille, les cinq dépouilles ont pris la direction de leur dernière demeure, sous les incantations des centaines de personnes venues prendre part à leur inhumation.

Libéré pour l’occasion par la justice avec qui il a maille à partir dans une affaire de drogue, leur père Ousseynou Diaz a quitté la maison carcérale de Thiès pour les enterrer lui même. Emmitouflé dans une tenue traditionnelle de couleur bleu, celui que ses proches appellent Karballa a donné l’impression de tenir le coup. Pas une seule fois, il n’a prêté le flanc. Mieux, c’est lui qui faisait revenir à la raison ceux qui craquaient. « Calmez vous, je vous rappelle que c’est moi qui ai perdu mes enfants », leur disait il, la mine ferme.

Après avoir enterré Astou Diaz, Fama Diaz, Ma Nabou Diaz, Bébé Ndèye Diaz et Gorgui Kader Diaz, Karballa est allé ensuite à la maison mortuaire à l’Unité 17, accompagné de gardes pénitentiaires en civil. Même chez sa belle famille, il a fait montre d’une dignité sans pareil au point de susciter des questions dans l’assistance. Tout le contraire de la mère des victimes, internée depuis lors à l’hôpital pour un suivi psychologique. Ndoumé Dièye a été autorisée à prendre part aux obsèques de ses cinq raisons de vivre. Mais la maman poule a craqué. Elle est tombée en syncope en apprenant le retour de ceux qui ont inhumé ses enfants. Les sapeurs pompiers ont été appelés à la rescousse. Aux dernières nouvelles, elle devait être évacuée à nouveau…
IMMIGRATION / CABINET THERESA NAPOLITANO / NEW YORK