Retrait de la tête des listes d’Aliou Sall et de Thimbo : panique dans les rangs de Benno Bokk Yakaar

Dans un communiqué conjoint signé par les maires de Guédiawaye, Aliou Sall, et de Pikine, Abdoulaye Thimbo, respectivement frère et oncle du Président Macky Sall, des responsables et militants de la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar, n’ont pas caché leur inquiétude.

Certains par eux ont cru devoir même saisir le Président de la République pour réaffirmer leur droit de choisir leurs têtes de liste au niveau département dans ces deux localités.

Une manifestation a été organisée devant le Palais de la République, avant-hier, par des partisans de la coalition, et nuitamment, pour protester contre ces retraits.

Ils affirment, très clairement, avoir choisi les deux responsables démissionnaires afin de maximaliser leurs chances de gagner aux prochaines législatives. Les indignés ont été reçu par le Président Macky Sall qui leur promet d’examiner la situation.

Ainsi, ils n’en démordent pas et multiplient les sorties dans la presse, même s’ils disent ne pas défier le Président Sall. L’objectif, pour eux, est de tenter de faire revenir ces deux parents du Chef de l‘Etat sur leur décision qui, selon certains, peut être lourde de conséquence.

Autant dire alors que c’est la panique dans les rangs de BBY de ces localités.

Car, rappelons-le, aux forts moments de la crise interne au niveau de l’Apr de Guédiawaye, entre le Maire Aliou Sall et le député Seydina Fall dit Boughazily, Lat Fall qui avait joué les bons officies n’avait pas hésité à dire que : » De la même manière, j’ai investi le Premier ministre comme tête de liste nationale, j’investis Malick Gakou tête de liste départementale de MankoWattu Senegaal. S’il est un homme courageux, il n’a qu’à être tête de liste départementale pour en découdre avec Aliou Sall que nous avons investi« .

Et de cela, Sall et Thimbo en sont conscients : « Nous savons, certes, que c’est là une décision lourde et douloureuse, surtout pour les responsables et militants qui nous ont toujours assuré d’un soutien affectif et déterminé », ont-ils fait savoir à l’opinion.

Battre Gackou et consorts

Autant dire que les membres de la coalition au pouvoir comptaient notamment sur la famille présentielle pour arriver à battre des leaders de l’opposition comme Malick Gackou dont l’ancrage dans la localité ne fait l’objet d’aucun doute.

Au niveau de Bby, l’on est conscient du poids politique que confère la proximité d’avec le Président Sall. Cette même proximité que redoute tant l’opposition. Et pour cause !

Aliou Sall qui n’habite pas Guédiawaye a pu y être élu Maire. Le poids de son frère de Président a pesé incontestablement dans la balance. Nombre de citoyens qui ont voté pour eux ont opportunément pensé aux facilités qu’offrent cette proximité et les avantages que cela pourrait représenter pour eux et leur localité.

C’est pour cela que certains parlent de « dévolution monarchique ».

Hier, cela avait été refusé à Karim Wade et à son père. Aujourd’hui, même si une bonne partie du peuple reste encore aphone, tout indique que les Sénégalais acceptent mal que les membres des familles des Présidents profitent aussi facilement des opportunités qu’offre leur statut pour être élus ou acquérir des postes.

C’est pourquoi, Thimbo et Sall qui semblent en être conscients en interpellant ainsi leurs inconditionnels : « Pour l’intérêt supérieur du Sénégal et de Monsieur le Président de la République, nous les invitons à l’accepter et, surtout, à la soutenir ».

Malheureusement, elle n’est pas du tout acceptée à la base. Parce que justement, on craint le pire. C’est-à-dire que les places ainsi laissées profitent à une opposition qui est aux aguets, prête à tout pour gagner.

La question est maintenant de savoir quelle décision va prendre le Président Sall, par ailleurs Secrétaire général du parti.

Car, nous estimons que ce n’est nullement un hasard si son frère, son oncle et son beau-frère ont été élus à la tête des Mairies de Guédiawaye, Pikine et Saint-Louis.

Il est difficile de nous faire croire qu’il n’y avait pas un calcul politique de la part du patron de l’Apr allant dans le sens de maximiser ses chances de réélection en 2019 avec ses proches à la tête de ses importantes villes.

La complicité de Macky dans ce scénario n’a pas été seulement passive, mais surtout active et obéit à un calcul politique très fin.

Cependant, ce que le Président n’avait pas suffisamment intégré et qui est d’importance, c’est que les Sénégalais sont très réfractaires à toute forme de personnalisation du pouvoir par la promotion de membres de son entourage.

Wade l’a appris à ses dépens. Macky est en train d’en subir les conséquences.
C’est dire que, quel que soit le calcul politique à la base de la mise sur orbite politique de ses proches parents, le Président Sall doit se garder de répéter les mêmes erreurs qu’Abdoulaye Wade au risque de subir le même sort.

Assane Samb
– SHIPPING – DÉMÉNAGEMENT – GROUPAGE –